Comment acheter une terre pour un vignoble?

Pour faire pousser de la vigne, et choisir son terrain, le CRAAQ (Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec) vend un bon petit guide sur l’exploitation agricole d’un vignoble ( Guide d’implantation – Vigne ). Nous nous sommes basés énormément sur ce guide, qui indique des facteurs importants, dont l’eau, les nutriments nécessaires dans le sol, la densité des vignes (nombre de vignes par hectares), etc. Et ce guide est spécifiquement fait pour le Québec.

Nous savions que nous avions besoin d’un terrain bien drainé, parce que les vignes n’aiment pas la surabondance d’eau, contrairement à la plupart des cultures au Québec. Le terrain idéal a donc de l’eau creux dans son sol, et la vigne doit donc travailler à atteindre cet eau avec ses racines. En Champagne, par exemple, l’eau est contenue dans la craie qui compose le sol. Il faut que les racines brisent la craie pour atteindre l’eau, et donc donner les nutriments nécessaire au goût particulier du Chardonnay composant la plupart des champagnes.

‍Certains d'entre vous pensez peut-être que cette photo a été prise à Drummondville. Mais non, c'est la Champagne, et sa craie légendaire. 

Bien des vignobles en Italie sont à flanc de montagne aussi. On comprend que bien qu’ils soient exposés à un peu d’eau, il n’y a pas d’accumulation. C’est la même chose en Afrique du Sud, au Portugal, en Australie, en Californie. Bref, le moins d’eau possible. D’ailleurs, l’une des régions en développement important au niveau de la vigne est l’Arizona!

Le Québec, ce n’est pas l’Arizona.

Donc, nos belles terres noires et riches de la Vallée du St-Laurent ne sont pas nécessairement les meilleures pour un vignoble. Il faut peu de matière organique, peu d’eau.

Idéalement, nous voulions un flanc sud. S’il y a un dénivelé, une exposition des vignes vers le sud permet d’avoir le plus de soleil possible. Le raisin va devenir plus sucré au fur et à mesure que le soleil sera présent. D’un autre côté, certains des meilleurs vignobles au Québec sont sur un flanc nord, ou est, et finalement, ce n’est pas très critique. Un vigneron d’importance me mentionnait qu’il y a autant d’ensoleillement au Québec qu’en Bourgogne, et que les températures d’été étaient similaires. Il n’y avait donc pas de raison, outre l’hiver, que nous ne produisions pas les mêmes cépages que là bas. Plus nous sommes au sud du Québec, plus nous avons une variété intéressante de vignes à développer.

Donc, nous cherchions un terrain :

  • Bien drainé – Ou drainable (on peut drainer artificiellement)
  • Relativement pauvre en surface
  • Au sud du Québec
  • Pas trop loin de Montréal – pour une question purement de marketing

Nous avons passé plus de deux mois à visiter des terres. Rien de cliquait.

Et là, un soir, mon frère m’envoie un courriel, avec un lien vers un terrain agricole à vendre. Et dès la première photo, j’ai eu un bon feeling. On va laisser Etta James résumer le tout :