Coup de coeur

La petite route était bien droite. Dans les craques du pavé, l'herbe poussait tranquillement. Peut-être n'y avait-il eu aucune voiture depuis des heures, des jours ou des semaines sur ce petit chemin de campagne. Au loin, nous pouvions voir les Adirondaks, et les éoliennes juchés sur leurs sommets. C'était un samedi après-midi, au mois d'août.  

Ce n'était pas la Route des Vins. C'était Hemmingford, à l'ouest de la Baie Missisquoi. Quand mon frère nous avait envoyé l'annonce sur le site de ReMax, tout semblait parfait. Sauf pour la région. Hemmingford, c'est le Parc Safari. C'est de l'essence pas trop cher parce que la frontière américaine est à 5km de là. Mais encore?

En progressant sur le petit Chemin, j'ai remarqué la pancarte suivante.

Avant que vous ne passiez le commentaire, cette photo n'a pas été prise au mois d'août... 

La Cidrerie du Minot. Nous connaissions son crémant de pomme! La Face Cachée de la Pomme. Son cidre de glace "Neige" était notre préféré! À côté de cette cidrerie, nous allions découvrir plus tard un autre vignoble, très récent, le Chat Botté. Pas très loin, de l'autre côté de la 15, la fromagerie Fritz Kaiser, à Noyan. C'est à ce moment là que j'ai su que nous venions peut-être de trouver quelque chose de mieux que notre idée initiale. Effectivement, la Route des Vins est intéressante. Mais voir différentes productions, que ce soit des vignes et du vin, du cidre et des pommes, du fromage, du chocolat, des viandes, des bleuets... n'est-ce pas encore mieux? Il y en a pour tous les goûts! C'est exactement ce qu'offre cette porte d'entrée au Circuit du Paysan. Et cette porte d'entrée? On peut dire qu'elle est à Hemmingford. 

La maison?

‍Le Manoire. 

Telle qu'on l'imaginait. Solide mais ayant manquée cruellement d'amour (parfait pour négocier un prix à la baisse). Du cachet, c'est certains. Une marque de commerce potentielle, avec près de 200 ans d'histoire. Mais une cuisine à refaire. Au grand dam de ma conjointe, bien sur.

"C'est dommage, la cuisine est laide. Mais j'ai quelques idées." En doutait-on pour une seconde?

Bref de la gueule, à travailler. C'est ça qui compte. Le genre de maison qui devient une marque de commerce, au fond.

Et la logistique?

‍Le côté sérieux de la chose.

Plusieurs bâtiments agricoles, plus ou moins récents. Encore une fois, de bonnes bases. Certains, comme l'écurie, étaient rendus dangereux. D'autres, comme le silo à grain, sont inutiles. Ce que nous avons regardé de plus près: deux grandes granges d'une centaine de pieds par environ 40 pieds. De la place à en revendre. Pourtant, je regarde ça aujourd'hui, et je me dis qu'avec tout ce qu'on a en tête présentement, ça ne va pas tour entrer!

‍C'était facile à trouver, à cause de la ligne rouge autours du terrain, visible par les satellites de Google. 

Le terrain?

263 acres. Pour donner une idée, si ce terrain était à Montréal, il formerait une parcelle de St-Denis à St-Urbain, et de Des Pins à St-Joseph. Si c'était New-York, ce serait le tiers de Central Park. 

La partie cultivable occupait le tiers du terrain environ. Le reste, une forêt. Une vieille érablière détruite en 1998, lors du verglas. Des clôtures centenaires un peu partout, indiquant que le terrain a déjà été pas mal plus cultivé.

Mais est-ce que ça peut faire pousser de la vigne? Quoi faire avec les bâtiments? Est-ce que c'est une bonne affaire? Après tout, c'est une entreprise! Est-ce rentable, est-ce que ça entre dans le plan d'affaires.Est-ce que ma conjointe peut VRAIMENT trouver des idées pour la cuisine?