De drains en drains

Il m’arrive souvent de me faire demander si le fait d’avoir un mois sans pluie affecte les vignes, et ce que je fais pour éviter qu’elles ne meurent de soif. Les vignes n’aiment pas l’eau en général, alors il faut, plus souvent qu’autrement, drainer le terrain, et non pas l’irriguer. Les racines de vignes vont trouver l’eau dont elles ont besoin dans le sol sans problème, même s’il ne pleut pas. C’est pour ça qu’aux États-Unis, l’Arizona commence à être un producteur reconnu. Et pourtant, on ne peut pas dire qu’ils ont trop d’eau…

Comment procède-t-on pour drainer? Tout d’abord, il faut un relevé topographique du terrain, qui ressemble à ceci:

‍Ça s'explique tout seul...

Les zones en rouge sont les plus élevées, en bleu, les plus creuses. Le plan topographique a été effectué par des professionnels que notre agronome nous a recommandés. Ils se sont promenés en VTT sur le terrain pendant quelques heures, à l’aide d’un GPS, et on donc déterminé la topographie exacte.

Par la suite, ils ont effectué un plan de drainage. Le document montre les types de drain à utiliser, les dénivelés, les points de sortis. Pour notre terrain, nous avions environ 13 km de tuyau de 4 pouces, puis 2 km de tuyau de 6 pouces, puis 1 km de différents tuyau collecteurs (variant jusqu’à près de 10 pouces). Les tuyaux sont recouverts d’une toile fine qui vise à empêcher l’accumulation de terre et de racines dans le drain lui-même. Mais même avec le plus gros tuyau et une membrane, les racines de vins vont parvenir, à terme, à aller dans les drains, et bloquer le tout. Et il faudra penser à remplacer des drains dans quelques années.

Une fois ce plan effectué, nous devions donc poser les drains, avec de l’équipement lourd, comme on le voit sur le vidéo suivant.

 

Ils viennent de rencontrer une roche.

Ça parait un peu « rough » comme travail, mais c’est extrêmement précis. La taupe (le bulldozer qui pose le drain) a rencontré beaucoup de pierre qui ont dû être enlevé avec un excavateur. Il ne faut pas coincer le drain en dessous d’une roche, puisque le drain bloqué causerait plus de tort que de bien (en accumulant l’eau à cet endroit précis).

Nous avons été très rapides pour faire ce travail. Nous avons débuté le tout en octobre 2012, et terminé un mois plus tard. Si vous voulez vous partir un vignoble, mieux vaut prévoir un peu plus à l’avance que nous, parce qu’on a eu de la chance d’avoir tout ce monde-là disponible à ce moment. Tout ceci n’était que la première étape de toute la préparation requise pour le terrain. Et comme vous pouvez le voir dans le vidéo, la neige approchait. Tout le reste allait devoir attendre au printemps prochain.

Pas de problème...