L'hiver s'en vient au vignoble

Nous venons de terminer notre deuxième saison. Encore cette année, nous n'avons rien récolté, choisissant de donner plus de force à nos plants. L'année prochaine, nous devrions être en mesure de faire une première très petite récolte. 

Cette année, il y a eu beaucoup d'efforts mis à optimiser nos traitements dans le champs, à trouver de meilleures façons d'enlever les mauvaises herbes. Ça reste la première complication à laquelle nous faisons face, et la majorité du temps passé dans le champs est associé à maitriser les mauvaises herbes.

Nous avons continué à implanter le vignoble aussi, en ajoutant 9000 plants. Du Vidal, principalement, qui étaient en rupture de stock l'année dernière. Nous avons aussi planté un peu de Frontenac Blanc, pour compléter une parcelle. Pour l'instant, nous resterons à ce nombre, c'est à dire plus de 42 000 vignes. Je n'ai aucune idée comment nous allons réussir à vendre ce raisin l'année prochaine. Mais bon, un problème à la fois. 

Quelques pieux

L'année prochaine, le vrai plaisir commence. Entre temps, on me pose souvent la question à savoir ce que nous faisons de nos vignes l'hiver. Pour certaines vignes, nous ne faisons rien, elle ne requièrent pas de protection (Frontenac, Marquette). Pour les autres, nous les recouvrons de terre, ce que nous appelons le buttage.  

Il est recommandé de butter les vignes non rustiques (ici, du Vidal, à gauche, et du Marechal Foch).

Et comme ce processus requiert de travailler la terre:

La herse à dent travaille la tournière du Pinot Noir, à droite. Noter qu'aucun travaille de sol est effectué dans les vignes en arrière plan (Marquette).

... nous découvrons des surprises.

À chaque pleine lune, les roches poussent.